Accueil
Qui sommes-nous?
Urbanisme
Forêts
Transports
Voirie
Vie quotidienne
Nos partenaires
Archives
La vie quotidienne

Les ondes électromagnétiques :

De plus en plus de personnes possèdent des téléphones portables, c’est bien pratique pour communiquer mais cela crée des problèmes d’une part pour les utilisateurs car ils sont soumis à des champs électromagnétiques qui sont reconnus comme dangereux et cancérigènes.

Il ne faut donc pas confier les portables aux enfants et ne pas les garder sur soi à proximité d’organes sensibles. Par ailleurs, ces téléphones portables nécessitent la présence d’antennes relais qui émettent des ondes électromagnétiques particulièrement gênantes pour les personnes électrosensibles mais aussi pour tout un chacun car les seuils réglementaires de 36 et 61 V/m imposés par la loi sont trop élevés et dangereux. Ces seuils sont récusés par les Associations spécialisées dans ce domaine, telles que Robin des Toits et PRIARTEM, qui demandent de limiter à 0,6 V/m le niveau maxi de ces ondes. Il faut noter que, dans le quartier Verdun, l’UUDP a obtenu de SFR la modification des antennes-relais afin de baisser le niveau des ondes reçues par les riverains qui avait atteint plus de 5V/m.

Ces derniers mois, les opérateurs de téléphonie mobile font des demandes d'installation de nouvelles antennes-relais pour la 5G, qui est plus dommageable pour les personnes voisines de ces antennes. La municipalité envoie à l'UUDP les demandes qu'elle reçoit pour recueillir notre avis. Un groupe d'antennes a d'ailleurs pu être refusé par la Mairie. Pour les autres, il est demandé, dans un premier temps, des estimations du niveau des ondes électromagnétiques et dans un deuxième temps, des mesures de ce niveau après installation des nouvelles antennes 5G.

C’est l’ANFR (Agence Nationale des Fréquences) qui donne l’autorisation d’installation des antennes-relais. Elle présente sur le site cartoradio la localisation des antennes avec le niveau des ondes ayant été mesuré sur le site. Il existe maintenant une procédure permettant de demander des mesures à son domicile (formulaire, notice explicative).

Les compteurs communicants Linky :

Une campagne d’installation de ces compteurs sur Viroflay continue. La société ENEDIS (ex ERDF) vante les mérites de son nouveau compteur mais les clients n’auront aucun avantage sauf s’ils envisagent de passer leur foyer en « tout connecté ».

Pour les personnes qui refusent l’installation du Linky, ENEDIS leur envoie des lettres menaçantes car, d’après eux, ces compteurs sont exigés par l’Europe et par une loi française, ce qui n’est pas vrai ni imposé en Allemagne pour les petits consommateurs !!! Il faut noter qu’ENEDIS réfute presque tous les accidents ou incidents provoqués par la pose de ces compteurs. Il y a eu cependant des incendies, des surfacturations, des coupures par surtension apportant l’obligation d’augmenter la puissance souscrite auparavant, des dégradations de matériels électriques ou électroniques existants dans l’habitation inadaptés au courant porteur en ligne (CPL) injecté pour la retransmission des données.

De plus, ce CPL introduit dans l’installation électrique de l’habitat des ondes électromagnétiques que l’on pourrait annuler en installant un filtre qu’ENEDIS s’est refusé de prévoir dans la fourniture du compteur Linky.

La propreté à Viroflay :

Lors de ses rencontres régulières avec la Municipalité, l’UUDP se préoccupe entre autres de la propreté de la ville. Concernant les chaussées des rues, en dehors des stationnements des véhicules, la qualité du nettoyage est bonne par le passage fréquent de balayeuses automobiles, mais nous souhaitons un meilleur traitement des caniveaux des rues, en particulier celles où le stationnement alterné n’est pas appliqué, ainsi que des trottoirs.

A l’image de ce qui se pratique à Versailles, nous avons proposé que les services de la ville utilisent des aspirateurs électriques mobiles « type Gluton » avec des passages réguliers dans toutes les rues de la ville. Or, nous venons de découvrir sa présence et son utilisation dans les rues de Viroflay. Ce procédé a l’avantage de mieux cibler les détritus, d’être moins polluant et moins bruyant que les « soufflettes » qui sont utilisées systématiquement un peu partout, y compris jusque dans les cours d’école le mercredi matin, même s’il faut reconnaître que les soufflettes électriques sont moins bruyantes que celles avec moteurs à essence.